Vous partez en croisière sur le Nil, quels monuments allez-vous découvrir ?

Ce fleuve africain est célèbre pour son histoire ancienne et ses sites archéologiques situés sur ses rives. Le Nil est compté parmi les cours d’eau les plus longs du monde.

La civilisation égyptienne est concentrée le long du cours inférieur du Nil, dans ce qui constitue aujourd’hui l’Égypte. Des monuments millénaires bordent les berges de la fertile vallée du Nil.

Faire une croisière sur le Nil, vous permettra de découvrir l’Égypte et sa capitale, le Caire, qui regorge de trésors. C’est une façon particulièrement dépaysante pour contempler les paysages désertiques, la faune et découvrir lors des visites plusieurs monuments caractéristiques de ce pays.

Lors de votre croisière sur le Nil, vous pourrez découvrir des temples, des tombeaux, des pyramides, des mosquées et tous les trésors qu’offre l’Égypte.

Voici quelques excursions que vous pourrez réaliser lors de votre croisière.

Le Temple d’Edfou:

C’est le temple le mieux conservé de toute l’Égypte antique. Par sa taille, il est l’un des centres religieux les plus imposants de la vallée du Nil.

Le Temple de Kom Ombo:

Plus précisément c’est le temple de Sobek et Haroëris situé à Kôm Ombo, l’ancienne Noubit. Ce temple égyptien est dédié au culte des dieux Sobek et Haroëris. Une partie du temple s’est effondrée dans le Nil, ce qui laisse le temple, aujourd’hui, partiellement en ruine.

Les Barrages d’Assouan:

On parle en réalité de deux barrages. Le premier barrage fut réalisé en 1902, puis le second en 1970, avec un barrage équipé d’une centrale hydroélectrique. Ces deux constructions sont à environ dix kilomètres de la ville d’Assouan, sur le Nil en Haute-Égypte.

Entre les deux barrages on distingue un chapelet d’îles dont celle d’Aguilkia qui accueille les ruines des temples de Philae, lieu de culte et ville antique. Les barrages ont créé le lac Nasser et modifié à jamais le visage de l’Egypte qui vivait jusque-là i au rythme des crues et décrues du Nil.

Le Temple de Karnak et ses hiéroglyphes :

Ce temple situé au nord de la ville de Louxor est tout simplement magnifique. Ce complexe religieux qui s’étend sur plus de deux km², comprend un vaste ensemble de ruines, de temples, chapelles, de colonnes et vestiges égyptiens.

Le Temple de Medinet Habou:

Appelé également le temple de Ramsès III, ce temple est un monument dédié au culte de ce pharaon. Construit à Médinet Habou sur la rive ouest du Nil. Il ne fut complètement terminé qu’après son décès vers -1154.

Le temple de Ramsès III est l’un des plus parfaits édifices que l’art égyptien ait laissé.

Le Temple de Louxor:

Le temple d’Amon à Louxor ou Opet du sud est un temple égyptien dédié au culte d’Amon. Situé au cœur de l’ancienne Thèbes, le temple de Louxor fut construit sous les XVIIIᵉ et XIXᵉ dynasties. Il était consacré au dieu dynastique Amon, l’une des principales divinités du panthéon égyptien, dieu de Thèbes.

Bien plus que des vacances, cette croisière sur le Nil vous fera découvrir L’Egypte, le pays des pharaons et ses somptueux monuments.

Le Maroc, un pays qui se prête magnifiquement aux treks et aux longues balades.

Envie d’aventures ? Le Maroc est la destination trekking par excellence. Entre mers, montagnes et déserts, le pays se prête tout au long de l’année à toutes sortes d’activités en plein air. C’est un paradis terrestre pour les randonneurs. D’ailleurs, le Maroc est marqué de circuits et de parcours pour tous les niveaux et pour tous les goûts. Les promenades dans les villages berbères, la conquête des hauts sommets, les vallées, les forêts, les dunes… tout est possible.

Maroc, la terre de prédilection des randonneurs et des trekkeurs

L’Atlas, la Méditerranée, le désert de Sahara, l’Atlantique… la terre des Berbères, est la destination idéale pour un voyage riche en expériences et en activités. Les endroits ne manquent pas pour les randonnées et le trekking. Le désert saharien est connu pour ses aspects variés et enchanteurs comme les oasis, les regs, les canyons, les dunes… Les balades se font sur la trace des troupes de chameaux et amènent à la rencontre des nomades berbères. L’ascension des montagnes de l’Atlas est un incontournable pour les trekkeurs en quête de sensations fortes et de paysages de contrastes : cirques, gorges, sommets, jardins en terrasse, plateaux d’altitude… Mais le Maroc, c’est aussi des villes impériales à sillonner, il y a entre autres Rabat ancienne capitale des Almohades, Marrakech la rouge, Meknès et la porte Bab Mansour, Fès et sa médina…

Les meilleurs sites de randonnée au Maroc

  • La chaîne du Rif : C’est au printemps que les montagnes les plus basses du Maroc se gravirent, lorsque les forêts de chênes sont verdâtres et que leurs pentes sont couvertes de fleurs sauvages. Le circuit conduit au parc national de Talassemtane, aux villages berbères et à la surprenante formation rocheuse du pont de Dieu.
  • Le Toubkal : La montée du djebel Toubkal qui est le plus haut sommet du Maroc et de l’Afrique du Nord (4 167 m) est un trekking immanquable. Il faut faire 2 jours de marche en partant d’Imlil à proximité de Marrakech. Si vous y aller à dos de mules, le circuit prendra 7 à 10 jours.
  • L’Anti-Atlas : Massif moins fréquenté, l’Anti-Atlas est constitué des dernières montagnes avant le Sahara. Les randonneurs expérimentés prennent une semaine pour monter le pic volcanique du djebel Siroua. Ce parcours traverse les villages de la vallée des Ammeln jusqu’au djebel L’Kest.
  • Le massif du M’Goun : L’ascension de ce massif est adaptée à tous les randonneurs. Les paysages d’une grande diversité entre les vallées luxuriantes et les gorges arides sont à couper le souffle. La traversée des cours d’eau peu profonds vaut vraiment le détour.
  • Le djebel Saghro : Il parcourt le Haut Atlas et la vallée du Dadès ainsi que du Draa. Attendez-vous à des paysages arides et grandioses dignes des grands films westerns américains ainsi qu’à des expériences insolites. C’est l’idéal en hiver lorsque les autres montagnes sont inaccessibles à cause de la neige.

Le Bénin, un pays à l’histoire douloureuse.

Le Bénin est une terre aux multiples facettes. Le pays a construit sa renommée grâce à ses magnifiques paysages naturels, sa faune et sa flore d’une grande diversité, sa culture authentique, sa vie riche en couleurs… Tout est présent au Bénin pour un séjour alliant expériences uniques et dépaysements. Mais ce pays est aussi marqué par une histoire tumultueuse qui lui a permis de forger son identité actuelle.

Bénin, un pays touristique de choix

Des agences de voyages au Bénin offre à ses voyageurs la possibilité de découvrir diverses richesses culturelles, naturelles et artistiques inestimables. Amoureux de la nature, vous allez vous immerger au cœur des terres, des parcs et des vallées verdoyantes. Tout au long de votre découverte du pays, laissez-vous charmer par les cascades, les chutes, les lacs, les lagunes et les fleuves. N’hésitez pas à faire de petites haltes aux plages de sable fin bordées de cocotiers comme celle de Cotonou, du Grand-Popo et d’Ouidah. Mais prenez aussi le temps de découvrir la culture locale à travers les danses et les chants traditionnels, les forêts sacrées comme celle du Roi Kpasse, les temples de pythons sacrés, les festivals, les châteaux, les musées historiques et bien d’autres encore.

Ouidah, au cœur de l’histoire béninoise

Empreint de vestiges de l’esclavage, Ouidah est une cité historique. Fondée au 16ème siècle par le premier roi Kpasse, la ville était autrefois un des carrefours africains de la traite des Noirs, un grand site de convoyage d’esclaves. Afin de sauvegarder les vestiges de l’esclavage, un immense parc d’attractions balnéaire avec un bateau de 40 mètres de haut a été construit, c’est le lieu de remémoration de son passé douloureux. À l’intérieur de ce bateau, vous plongerez dans les conditions de traite négrière. Ce parc d’attractions s’élargit jusqu’au Fort portugais datant de 1721 et qui est devenu le Musée d’histoire de la ville historique. Mais l’incontournable à Ouidah reste la visite de la Route de l’esclave, le chemin parcouru par les esclaves jusqu’à leur embarquement.

La Route de l’esclave à Ouidah

En empruntant la Route des esclaves au Bénin, vous passerez par la Place Chacha ou la place aux enchères, l’Arbre de l’oubli, la Casa Zomaie, le Mémorial de Zoungbodji, l’Arbre de retour ou l’Arbre d’Agadja, la Porte de non-retour et la Place Zomatchi ou la Place de la réconciliation. La Place de Chacha était le marché où on achetait les esclaves ou on les troquait contre des objets peu valeureux. L’Arbre de l’oubli était la place des prisonniers vendus, marqués et destinés aux Américains. La Casa Zomaï était une case obscure où étaient stockés les esclaves attachés au cou, aux mains et aux pieds en attente d’embarquement. Le Mémorial de Zoungbodji où le Mur des Lamentations faisant 6 m de haut avait une immense fosse où les esclaves malades, affaiblis ou morts sont jetés. L’Arbre de retour est le lieu où les esclaves faisaient des rituels signifiant que mêmes tombés au-delà des mers, leur âme reviendrait sur leur terre natale. La Porte de non-retour marquait le départ sans retour. La place Zomatchi marque la réconciliation de la terre ancestrale avec les fils de la communauté noire américaine.

Comment obtenir son visa pour le Kenya

Pour se rendre au Kenya, il faut obligatoirement disposer d’un visa. Les formalités relatives à cette autorisation d’entrée sur le territoire kenyan sont diverses et variées. Un visa d’entrée au Kenya nécessite, préalablement un passeport pourvu d’aux moins deux pages vierges. Pour être conforme à la règlementation en vigueur, ce document doit être en cours de validité. Un étranger qui souhaite obtenir ce visa doit se renseigner auprès de l’ambassade ou consulat du Kenya de son pays d’origine. Ainsi, il sera mis au courant des démarches à suivre pour l’obtention de ce permis.

Effectuer les formalités en ligne 

Les démarches en vue d’obtenir un visa d’entrée au Kenya peuvent être effectuées de diverses manières. Désormais, il est possible de faire une déposition en ligne. Cependant, cette procédure nécessite un enregistrement préalable. Suite à cette action, un formulaire sera proposé au demandeur. Ce dernier se devra donc de remplir le document électronique et effectuer un payement d’environ 51 dollars avec sa carte de crédit. 

Sachez toutefois que le visa simple est valable dans les 3 mois qui succèdent son obtention et entre en vigueur dès que le voyageur foule le sol Kenyan. Par ailleurs, il est important de préciser que la plateforme d’inscription s’affiche toujours en anglais. Toutefois, cette démarche pour l’obtention de votre eVisa pour le Kenya est très simple.

Effectuer les formalités à l’ambassade du Kenya en France

Un français qui compte voyager au Kenya doit se rendre à l’ambassade du Kenya en France pour obtenir son visa. Sise au 3 rue Freycinet 75116 Paris, cette institution est joignable au 01 56 62 25 25. Ceux qui sont de l’autre partie de l’Europe doivent déposer leur demande de visa auprès de l’ambassade ou du consulat de leur pays d’origine. 

Mais avant de procéder à cette démarche, le demandeur doit tout d’abord se rendre sur le portail web de la résidence afin d’y télécharger un questionnaire qu’il remplira en y joignant d’autres documents.

L’Éthiopie, le paradis pour les passionnés de trekking

Si l’Éthiopie est en train de battre des records comme étant une destination coup de cœur et qui mérite d’être visitée, c’est grâce à sa population, son climat et ses paysages tellement riches qui font craquer de plus en plus de voyageurs. Situé en Afrique de l’Est au nord du Kenya et à l’ouest de la Somalie, l’Éthiopie est surtout un pays qui plaira aux amateurs de nature et de trekking mais aussi de rencontres et de culture.

Sans accès à la mer, la patrie de Lucy, seul pays Africain à ne pas avoir été colonisé, a tant de choses à offrir. Zoom sur deux parcs nationaux que nous confie une agence de voyage en Ethiopie et qui raviront les férus de marche à pied.

1 – Le Parc national des Monts Simien

Premier parc national Africain à avoir été classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 1978, le Parc national du Simien offre un espace de verdure et de nature de 220,2 km.

Debark qui est la ville qui se situe à côté du parc, se trouve à 2850 mètres d’altitude, dans la région nord du pays. Avant d’y arriver, une longue mais magnifique route vous attend.

Les virages en épingle et la différence d’altitude de la route offrent des paysages incroyables. Vous aurez l’occasion de faire une pause dans des petites villes durant le trajet, de découvrir les marchés Éthiopien et ainsi faire la rencontre des habitants.

Dans le parc, plusieurs journées de trek sont possibles, et les sentiers sont plutôt faciles. Les paysages diffèrent des falaises abruptes aux canyons et malgré la haute altitude, la verdure est bien présente. Plusieurs animaux endémiques vivent ici comme le singe Gélada, le loup d’Éthiopie et le bouquetin d’Abyssinie.

Lors de votre voyage dans le parc du Simien, vous rencontrerez encore de nombreux habitants qui y vivent, tous issus d’une minorité ethnique. Ceci risquerait de disparaitre à cause des départs de feu de forêt chaque année qui met en péril le parc. Les feux seraient dus à de la culture sur brulis de la part des habitants. En revanche pour le moment c’est encore le moyen de rencontrer des personnes extraordinaires, qui vivent en harmonie avec la nature.

2 – Le Parc National de Mago

Situé dans le sud-ouest de l’Éthiopie, le parc national de Mago a été créé en 1970 et est le plus récent du pays. Avec une très grande végétation, les paysages sont luxuriants. Vous pourrez vous promener sur des plaines de savanes, traverser des déserts mais aussi grimper le Mont Mago qui s’élève à 2528 mètres d’altitude.

En supplément de la beauté de sa nature, le parc national de Mago est le lieu idéal pour faire un safari animalier et admirer ces bêtes sauvages. En effet la réserve abrite des girafes, des éléphants, des crocodiles, des hippopotames, des centaines d’espèces d’oiseaux et bien d‘autres encore.

Pour combler le tout, en liant nature et culture vous vivrez un des moments les plus fort en Éthiopie, en rencontrant la population indigène la plus connue du pays : Les Mursis.

Les Mursis vivent près du lac Omo, cette minorité ethnique vit en symbiose avec la nature, se nourrit de ce qui pousse, ont leur propre langue, et des traditions très ancrées. Par exemple, c’est ici que vous rencontrerez les célèbres femmes Mursis qui portent des plateaux labiaux sur les lèvres inférieures. Les rencontrer est une chance et un souvenir qui restera gravé.

Organiser son voyage en Tanzanie, ce qu’il faut savoir

La Tanzanie, est un pays d’Afrique de l’est situé aux abords de l’océan Indien. Considéré comme l’un des pays les plus pauvres au monde, la Tanzanie dispose de nombreuses ressources naturelles comme l’or, le café et les produits agricoles. Cette terre africaine est connue pour toutes ses activités possibles à faire durant son voyage : les safaris, les ascensions et les trekkings, les sports nautiques et le farniente sur les belles plages de zanzibar. C’est un pays qui peut plaire à tous, petits comme grands, avec une diversité de paysages incroyables. Afin de préparer votre voyage, voici quelques conseils utiles d’une agence de voyage locale en Tanzanie.

Quelle est la meilleure saison pour partir en Tanzanie ?

En Tanzanie, vous pourrez voyager toute l’année mais deux paramètres sont à prendre en compte pour vous aider à choisir la meilleure période de votre voyage :

  • Les saisons touristiques : si vous êtes flexibles sur vos dates de voyage et que vous souhaitez profiter des attractions touristiques tranquillement, privilégiez votre départ entre mars et mai.

La haute saison touristique s’étend de juin à aout, la température est fraiche et il n’y a quasiment jamais de pluie, en revanche les tarifs des hôtels augmentent. De septembre à février, la saison intermédiaire est certainement le meilleur compromis pour voyager en Tanzanie.

  • Les activités que vous souhaitez faire sur place : il est aussi important de choisir sa période de voyage en fonction des activités que vous voulez faire sur place.

Si vous souhaitez faire un safari en Tanzanie, nous vous recommandons de partir entre mai et octobre.

Pour faire des ascensions comme celle du Kilimandjaro, il est préférable de partir entre janvier et février ou de juillet à octobre.

Si vous souhaitez profiter des belles plages du pays et de zanzibar, de novembre à mars sont les meilleurs mois, mais toute l’année c’est également possible.

Préparer ses valises pour la Tanzanie

Préparer ses bagages n’est jamais chose simple en fonction de la durée de son séjour et du nombre de kilos autorisé dans l’avion. Et pour la Tanzanie, cela va dépendre également de vos activités pendant vos vacances.

Pour un safari, prévoyez des vêtements de couleur neutre, ample et léger. Protégez-vous du soleil avec un chapeau ou une casquette et des lunettes. Il est préférable de prendre des chaussures fermées style randonnée ou baskets.

Prenez également un pull ou un coupe-vent pour les nuits fraiches et au cas où le mauvais temps serait présent.

Pour les treks ou les ascensions, il vous faudra l’équipement complet de l’aventurier :

  • Des chaussures de randonnées
  • Un pull ou polaire
  • Un coupe-vent imperméable
  • Un bonnet et des gants
  • Une lampe frontale
  • Des sous-vêtements techniques

Pour se détendre sur les plages de zanzibar évidemment vous n’aurez besoin que d’une serviette, d’un maillot de bain, et de quoi protéger sa tête et ses yeux du soleil.

Pour les différents voyages, il est indispensable de prévoir une trousse de premier secours avec quelques médicaments de bases, ainsi qu’une crème solaire et un anti-moustique.

Sans oublier votre équipement photo pour ramener de beaux souvenirs à la maison !

Mauritanie : Quelles activités peut-on faire dans le désert Mauritanien ?

La Mauritanie, pays de passage au sud du Maroc, a été longtemps interdite d’accès à cause de l’insécurité. Aujourd’hui, le tourisme repart sur une terre encore authentique. Le sol mauritanien vous garantit encore des espaces infinis, préservés et vierges. Partez pour un séjour à pied avec les nomades si vous raffolez de ça. Arpentez les grands espaces en raid 4×4 accompagnés de votre famille, ou de vos amis. Voyagez avec une agence de voyage en Mauritanie, composée d’une équipe de professionnels locaux et de guide français, qui assure l’organisation, la sécurité et le confort de votre voyage. Si vous pensez que dans le désert il n’y a rien, détrompez-vous, la nature et bien présente et vous pourrez faire plusieurs activités autour de celle-ci.

1 – Observation des oiseaux au Banc d’Arguin

Le Banc d’Arguin est une réserve nationale classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1989. Situé entre terre et mer, le Parc national du Banc d’Arguin est un lieu surprenant puisqu’à 50 kilomètres des côtes, l’océan n’est profond que de 5 mètres. C’est le lieu idéal pour observer la faune et la flore, grâce à l’absence de pollution, et la faible fréquentation.

C’est sur 2 millions d’oiseaux que l’on peut compter chaque année entre le mois d’octobre et celui de mars. On peut trouver deux espèces d’oiseaux : les limicoles, qui viennent passer l’hiver dans les zones africaines plus douces, provenant de l’Europe et de la Russie comme les gravelots, les chevaliers et les courlis. La deuxième espèce est les nicheurs, qui se reproduisent tout au long de l’année comme les flamants roses, et profitent des conditions météorologiques idéales de la Mauritanie.

2 – La méharée en Mauritanie

Si ce terme ne vous parle pas, la méharée c’est le fait de monter à chameau pour se déplacer. Comme à cheval, afin d’avoir un meilleur confort, il existe plusieurs types de selles. En organisant votre séjour avec des experts locaux maures, vous pourrez tester cette manière de voyager qui est typiquement locale. Cette pratique recèle de technicité et il est très intéressant de partager ce moyen de déplacement avec les nomades du désert et leurs bêtes. En revanche, le trajet alterne la marche à pied et la méharée, pour ne pas fatiguer les animaux lors de passages difficiles. Les chameaux ne sont donc pas maltraités puisqu’ils n’ont pas à porter l’équipement du voyage et vos affaires personnels.

3 – La randonnée chamelière

Contrairement à la méharée, la randonnée chamelière est la manière la plus courante de faire un voyage dans le désert. Si vous êtes adeptes du slow tourisme, vous pourrez voyager à votre rythme, regard vers l’horizon en laissant défiler les différents panoramas, du lever au coucher de soleil. Ici, vous avancez à pied. Le chameau sert d’animal de bât, il est alors utilisé pour porter vos bagages et tout le matériel du périple.

4 – Rencontre avec la faune et la flore

Dans le désert Maure, notamment dans la région de l’Adrar et du Tagant, se cachent une faune et une flore riche et variée. Plus difficile de tomber dessus tellement que l’étendue est grande mais vous ne serez pas déçu d’apprendre que vous pourriez bien croiser des guépards, des hyènes ou des chacals même s’ils font plus souvent leur apparition de nuit.

Les oiseaux, les scorpions et les reptiles sont assez fréquents, vous ne manquerez pas d’en apercevoir durant votre périple.

Quant à la faune, vous trouverez de nombreux arbustes piquants ou crochus, ainsi que plusieurs types de fleurs, qui ont su s’adapter à la température et à la sècheresse du Sahara.